Créer un fichier Powerpoint pour sa classe.

Aimez, partagez, engagez-vous ! Ou sinon, commentez en bas de page :)

Les étapes clefs pour les gens pressés :

  • 1/ Rédiger son cours ou construire ce que l’on va dire lors de la présentation PPT
  • 2/ Sélectionner ce que l’on veut mettre en valeur
  • 3/ Construire son plan de PPT
  • 4/ Rédiger son PPT
  • 5/ Mettre en forme son PPT

Sur le portail  “Formation d’Office“, se trouve un grand nombre de ressources afin de se familiariser avec les outils qui sont proposés par cet éditeur. Il ne faut pas hésiter à aller consulter ces ressources.

À quoi sert le PPT ?

Si l’on souhaite rendre ses diapositives intéressantes il ne faut pas voir le PPT comme un support de cours, mais comme un support à votre voix. C’est un outil qui vient agrémenter visuellement le discours oral et également mettre en valeur les mots clefs. Il s’agit donc de créer son diaporama seulement lorsqu’on sait quoi dire et quand le dire.

Les étapes clefs

  • Construire un diaporama oblige donc à avoir au préalable rédigé son cours et/ou un plan détaillé afin de savoir quelles diapositives créer. Pour les personnes qui ne sont pas à l’aise à l’oral, il est déconseillé de trop rédiger son cours, un PPT est inutile si le formateur se contente de lire ce qu’il y a sur sa feuille.
  • Sélectionnez ensuite les éléments importants, les mots clefs, les idées directrices et les informations essentielles que vus souhaitez particulièrement en valeur.
  • Construisez le plan de votre présentation.
  • Remplissez vos diapositives.
    • Attention, ne pas multiplier les éléments à lire : Pas un copier/coller depuis son cours rédigé, et ne pas ajouter des informations inutiles comme des photographies qui n’ont qu’une valeur illustrative ou des dates qui n’apportent rien à la compréhension de la chose présentée. Par exemple, inutile de mettre la date de naissance d’un auteur ou un penseur si celle-ci ne fait pas sens.
    • Soyez logique dans votre progression
  • Mettre en forme
    • Utiliser l’outil « idée de conception » pour que la mise en page se fasse automatiquement. Sur le support office trouve une présentation de ce que permet l’aide pour concevoir des diapositives efficaces et professionnelles.
  • Ajouter s’il le faut des animations et transitions. Et on n’insistera jamais assez sur le « s’il le faut ». Les animations et transitions inutiles, qui ne servent pas le propos, vont déconcentrer l’auditoire.
  • Testez votre diaporama.
    • Relire et corriger les fautes.
    • Vérifier qu’il n’y ait pas d’erreur par rapport au plan de cours.
    • Regarder si esthétiquement c’est bon.

En face à face ou blended-learning

Quoi distribuer aux étudiants ?

En effet, vous pouvez distribuer votre diaporamas aux étudiants en présentiel, mais seulement à ceux qui sont en présentiel car le but du jeu est qu’ils ajoutent leurs notes dessus. Pour que cela soit un minimum économique et écologique si vous souhaitez distribuer vos PPT, utilisez les animations et les transitions.

Une question de taille de fichier

En effet, encore beaucoup de formateurs utilisent la technique « manuelle » pour faire apparaître de nouveaux éléments sur les pages. Or, cela conduit à faire des PPT très volumineux, et dans le cadre d’éléments déposés sur une plateforme FOAD, cela a son intérêt. Mais également, cela donne des PPT avec de très nombreuses pages et donc avec un coût financier et environnemental important.

Je conseille donc de ne distribuer qu’une version allégée du PPT ou simplement le plan. Pour les personnes absentes ou en distanciel, il suffira qu’elles aient accès au cours rédigé et/ou à une vidéo et au PPT qui met en avant les points essentiels.


Aimez, partagez, engagez-vous ! Ou sinon, commentez en bas de page :)

Des ressources gratuites pour augmenter ses productions pédagogiques.

Aimez, partagez, engagez-vous ! Ou sinon, commentez en bas de page :)

Lorsque on crée des ressources pédagogiques, il est parfois bien de pouvoir augmenter ses documents avec de l’image, du son ou de la vidéo. Voici quelques ressources :


Aimez, partagez, engagez-vous ! Ou sinon, commentez en bas de page :)

Ressources gratuites pour travailler le son et l’image de ses productions pédagogiques :

Lorsque on crée des ressources pédagogiques, il est parfois bien de pouvoir augmenter ses documents avec de l’image, du son ou de la vidéo. Afin de respecter le droit d’auteurs, il faut faire attention à ne pas utiliser tout et n’importe quoi. Il existe des bases de données (BDD) qui proposent du contenus libres et/ou gratuits, il ne faut pas hésiter à les utiliser.

      I.          Base de donnée de ressources sons, images HD, etc.

Je n’ai pas noté les adresses pour les animations car il est difficile de vérifier qu’elles sont bien libres de droit. Il y a, par contre, la banque d’After Effect accessible pour ceux qui ont un compte Adobe.

    II.          Création

  • https://spark.adobe.com Gratuit pour tous et ergonomique, un outil pour créer des images et des vidéos.
  • Sway : Outil office pour créer des rapports et leçons dynamiques. Pas révolutionnaire, mais bien fait et utilise le cloud pour une accessibilité commode et adaptation de l’affichage aux différents appareils. Un peu lent ceci-dit.
  • https://www.canva.com/ Freemium, mais un grand nombre de ressources gratuites. Canva permet de faire des infographie, des affiches et toute sorte de production visuelles pour la classe.
  • Mobizen : une application gratuite disponible sur Google Play Store. Cela permet de capturer l’écran du smartphone pour faire une vidéo tutorielle.
  • Audacity, logiciel gratuit de montage audio.
  • Adobe Clip : Application smartphone gratuite de montage vidéo rapide.
  • Youtube studio : Application dédiée de Youtube pour monter ses vidéos et retravailler la transcription automatique, entre autres. https://studio.youtube.com

 III.          Outils de partage

Après avoir créé une ressource qui ne soit pas uniquement visuelle mais également audio et vidéo, il faut utiliser des outils de partage pour simplifier l’accès a ces productions. L’utilisation de lien court ou de QrCode s’est démocratisé sur les livres scolaires, c’est donc un outil que maîtrisent la plupart des apprenants.

Un outils pour créer ses cartes de quizz.

Créer des fiches pour un quizz ou un jeu de carte personnalisé en classe.

Prérequis :

  • Savoir utiliser le publipostage.
  • Posséder un espace sur le cloud type GoogleDrive ou OneDrive.

Mise en place des cartes de quizz

Création des fiches  

1/ Téléchargez le tableau pour le compléter vous-même ou partagez le sur GoogleDrive ou un autre système de création à plusieurs afin que vos étudiants et élèves puissent le remplir eux aussi avec les éléments vus en classe.

2/ Complétez le tableau de sorte que la question du recto réponde à celle du verso et vice-versa. 

3/ Téléchargez le document publisher ou word et lancez le publipostage.

4/ Imprimez au format de votre choix les fiches en question. Pour ma part, je les imprime au format PDF pour les partager à mes étudiants et qu’ils puissent jouer/réviser seuls. 

[5/ Pliez ou découpez selon la version que vous avez utilisée]

II. Création et distribution du matériel pour le quizz 

1/Téléchargez le classeur de notes et insérez les noms de vos étudiants. 

2/ Téléchargez le document étiquettes de réponses et lancez le publipostage pour que chaque étudiant ait sa feuille à découper. 

Intérêt de la pratique

Cela permet au cours de l’apprentissage d’incrémenter les connaissance en aller-retour. En effet, ne vous est-il jamais arrivé de savoir que vous savez quelque chose, comme un mot de vocabulaire par exemple ? Et que ce même mot de vocabulaire vous soyez capable de le définir ou de le traduire si c’est du lexique en langue ? Eh bien, c’est que vous avez appris le terme en lui-même en mode “aller” mais que votre cerveau n’a pas été entraîné à faire le mode “retour”. 

Règles pour jouer

Quizz Basket 

1/ Munissez vous de deux cartons de tailles différentes. Le plus petit sera placé dans le plus grand. 

2/ Distribuez les étiquettes de réponses. Elles serviront aux étudiants à noter leur réponse et à vous à entourer le nombre de points en vue de la note de la finale après récolte des petits papiers (oui, le dépouillement peut être fastidieux, je l’avoue). 

3/ Posez vos questions. À chacune d’elle, les étudiants devront remplir leur étiquette de réponse, faire une petite boule et le lancer dans la corbeille que vous aurez créé avec les deux cartons. Ceux qui n’auront pas réussi à viser auront zéro point, ceux qui ont visé la plus petite et donné la bonne réponse 3 points, 2 points s’ils n’ont pas donné la bonne réponse. Et ceux qui auront visé le plus grand carton auront 1 point avec la bonne réponse et zéro en cas d’échec. 

NB: Faire faire en collaboration les fiches en faisant remplir le tableau de questions-réponses aux étudiants n’est pas toujours aisé. Il faut bien qu’ils comprennent que la réponse du Verso doit être contenue dans le Recto et vice-versa. 

Quizz normal

Ces cartes peuvent aussi servir à jouer seul ou à plusieurs. C’est pour cela que je les distribue à mes étudiants.  

Il est possible de jouer seul de deux manières : 

  • La première consiste à se poser simplement les questions et essayer d’y répondre pour vérifier ensuite la réponse. 
  • La deuxième est un jeu des paires. En bas de chaque fiche se trouve un triangle avec un numéro. Il faut rabattre le numéro de sorte de ne plus le voir, mélanger les cartes et essayer de retrouver les paires le plus rapidement possible.  Il est possible de jouer seul ou en battle. 

Jouer à deux 

  • Mélanger les cartes et distribuer à chaque joueur un nombre égal de cartes. 
  • Chacun leur tour, les joueurs doivent poser une question à l’autre, si c’est celle qui figure sur une de ses cartes, il remporte la paire. 
  • Le gagnant est celui qui dispose du plus grand nombre de paire à la fin de la partie.

Vous pouvez télécharger les ressources nécessaires dans ce dossier drive.

N’hésitez pas à me faire un retour de votre utilisation ou éventuellement partager vos critiques à propos de cet outils.

Podcast Episode 1

Voici donc le premier épisode, j’ai encore des progrès à faire pour ce qui est de la prise en main et entre les cigales qui me volent la vedette et les erreurs de débutante qui prend en main pour la première fois un logiciel de mixage, je me doute que ce n’est pas fameux. Mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron alors je vous laisse avec ma première tentative qui porte sur un sujet qui nous touche tous et toutes, l’urgence permanente et qui intéressera les personnes qui devront plancher sur le sujet “À toute vitesse !”

L’urgence permanente

Voici un premier enregistrement de texte pour faciliter la lecture et la compréhension des textes au programme.

Bien entendu, cet enregistrement est comme “tout nu”, il n’a pas été retravaillé de sorte de le rendre aussi agréable que doit l’être un podcast ou livre audio, mais cela viendra. Je suis en train de réfléchir à comment organiser et diffuser les fichiers audio que je vais créer.

J’ai essayé de lisser mon accent du sud et de ne pas trop trébucher dans ma diction, je suis en train de me former sur Audition, alors soyez indulgents s’il y a des choses à retravailler en ce qui concerne le son et l’habillage.

Si vous avez des idées ou des remarques, n’hésitez pas à me les donner en commentaire !

Nicole Aubert, “Urgence et instantanéité : les nouveaux pièges du temps”, Modernité, la nouvelle carte du temps, Éd. de l’Aube-DATAR, 2003